mercredi 10 août 2011

Première fête médiévale en tant que musicienne



Ca y est, je l'ai fait !!! C'était un peu un fantasme, un rêve d'antan... participer à une fête médiévale en temps que musicienne ♥ En fait j'ai attrapé le virus l'an dernier lors de ma participation en tant que figurante sur la fête médiévale d'Enguinegatte avec la Mesnie des Forges.

La véritable question est comment j'ai pu sauter le pas ? Rien de bien compliqué en réalité : Bruno Jaglé, musicien des Tempradura notamment (groupe médiéval qui tourne depuis près de 15 ans et qui a sa notoriété dans le milieu), avait besoin d'une chanteuse pour un projet de duo. Grâce à un coup de pouce de Jérôme Demaret (aussi dans les Tempradura, et qui participe de temps aux Rendez-Vous Folks à Metz), la rencontre a pu se faire. Le courant est fort bien passé et nous avons commencé à mettre un répertoire avec des chants en latin, langue germanique, suédois... Le duo se veut intimiste. D'ailleurs il y a très peu de chansons qui envoient si je puis dire. Ce sont généralement des hommages à la Sainte Vierge, ou des chansons tristes et douces, ce qui créé une ambiance fort particulière avec les deux voix et les instruments (bouzouki ou vielle à archet et bodhràn).

Tandis que j'étais rentrée tard du mariage dont j'avais animé le vin d'honneur la veille avec NosyBay et que mon train pour Mâcon était à 6h11 du matin, Bruno revenait d'une tournée avec les Tempradura près de Paris et avait aussi peu dormi. Il m'a prise au passage à la gare et il nous restait encore 2h30 de route jusqu'au village de Saint Antoine de l'Abbye situé près de Grenoble. Arrivés au pied du village, la mâchoire m'en tombait tant le paysage sous mes yeux était magnifique ! L'abbaye qui surplombait le village dominait superbement. Le village entier était d'ailleurs très charmant. Tandis que les échoppes et les médiévistes avaient investi les lieux, on se serait vraiment cru projeté à cette époque. De surcroît les badauds étaient très réceptifs.

Le premier passage fut un peu difficile à la Taverne d'où partait le défilé, à cause du bruit ambiant. Mais nous avons enchaîné avec un set devant les immenses portes de l'abbaye où l'orgue à l'intérieur nous faisait honneur à la fin de nos morceaux (haha ^^). En retournant sur nos pas, nous sommes passés près d'une autre taverne où un couple nous a demandé si nous allions jouer. Bruno, dans son personnage, a répondu que nous n'étions que des saltimbanques de passage, que nous venions de jouer et qu'habituellement nous usions de nos voix en échange d'un peu de vivres. L'homme l'a pris au mot. Il nous a ramené une bière et un jus de pomme. Nous étions fort surpris. Du coup, on se devait de jouer un petit quelque chose pour le remercier. Sauf que se sont ensuivis une autre tournée similaire et deux verres de rosé accompagnés de "S'il vous plaît jouez-nous quelque chose". En tant que bons troubadours nous avons fait notre devoir, alors que tout ceci était totalement inattendu ! Mais je ne dis pas, ce fut fort plaisant. Par ailleurs, en même temps évoluait une fildefériste au-dessus de nos têtes (Solaine Caillat). Plus tard dans la soirée nous avons fait une dernière prestation où Solaine dansait sur son fil tandis que nous chantions nos morceaux. Un moment très apprécié apparemment qui mettait le public dans un état quelque peu hypnotique entre la musique douce et la perfection de l’acrobate synchronisée sur nos notes...



Pour une première c'était parfait ! Les autres troupes étaient fort sympathiques tout autant que l'organisateur Karl Ouchet qui avait mené à bien son édition 2011. Je trouvais que tout était bien réparti, il y avait tout type d'échoppes et de compagnies proposant des activités et ateliers différents. L'ambiance, le lieu, tout était en adéquation. J'ai pu aussi rencontrer et discuter avec les membres de Tornals et Vagarem, et même sessionner à l'irlandaise avec Arnaud Bibonne, excellent flûtiste dont le maître est Sylvain Barou. J'ai aussi pu rencontrer Lisa la harpiste, très prometteuse elle aussi :) J'en ai eu plein les yeux et les oreilles, même si à mon goût, je n'ai pas vraiment profité de la fête comme j'aurais dû. Encore fatiguée de la veille, et surtout absorbée et consciencieuse par rapport aux différents passages avec Bruno dans les rues du village, je n'ai pas pris le temps de déambuler pour chiner, ni visiter l'abbaye (grave erreur !), ni discuter vraiment avec d'autres compagnies (bon, je suis timide aussi...). Néanmoins je n'aurais pas dérogé à la coutume de consommer de l'hydromel sur place et même de l'hypocras (à la violette cette fois-ci).

Après avoir logé chez l'habitant (merci Madame Michaut ^^), nous sommes repartis très tôt pour rejoindre notre Lorraine... Vivement la prochaine fête médiévale et quelques enregistrements studio aussi !

Aucun commentaire:

Publier un commentaire